Bande dessinée: Orcs « Forgés pour la Guerre »

Bande dessinée de Stan Nicholls au scénario et Joe Flood au dessin, Orcs « Forgés pour la Guerre » a été pour moi une bonne surprise. J’avais entrevu les romans de Nicholls mais n’en avais lu aucun. Le dessin, du style comics, a le trait bien prononcé, et est à mon goût très agréable sans être ahurissant.

L’histoire raconte la mission d’un commando d’Orcs, chargés d’escorter un sorcier gobelin et son curieux chargement. Le livre commence par un texte d’introduction, ce qui est une bonne formule pour éviter comme dans d’autres bandes dessinées de nombreuses scènes de mise en situation. On sait tout de suite qui sont les principaux intervenants de l’histoire. Les personnages principaux sont hauts en couleur et bien typés.

Le concept de son monde, expliqué par Nicholls, est de raconter l’histoire d’Orcs qui sont certes brutaux et combattifs, mais ni bêtes ni cruels. Il prend ainsi le contre-pied de la fantasy « classique » en racontant les aventures d’Orcs attachants et de leur point de vue. Les Humains endossent ainsi le mauvais rôle et on retrouve quelques travers du monothéisme obtus.

Cette tendance à voir les Orcs autrement, comme véritables protagonistes de l’histoire, s’illustre dans plusieures BD récentes: « La Guerre des Orcs » (2 tomes parus, Peru, Daxiong et Lorusso) ou « Wollodrïn » (2 tomes, histoire complète, Chauvel et Lereculey). J’apprécie bien cette vision qui complexifie un peu les choses et apporte des nuances de gris dans la géopolitique médiévale fantastique.

Le scénario de « Forgés pour la Guerre » se prête bien à une partie de jeu de rôle par ailleurs. La mission peut facilement être confiée à un groupe de quelques Orcs et jouée en one-shot. Le monde lui-même se prête bien à un cadre de campagne avec de nombreuses factions qui luttent pour la domination.

C’est également une bonne source d’inspiration pour notre jeu de rôle « Es Gar », qui sortira cette année et se déroule dans un monde d’Orcs justement, qui sont bien plus que des bêtes sanguinaires.

Je recommande donc la lecture de cet album, qui m’a réservé quelques bonnes surprises dans son scénario, pour le plaisir de voir l’histoire d’un confilt Orcs/Hommes racontée par « l’autre côté » et comme source d’idées.

La BD sur le site de l’éditeur Gallimard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.